Assistants Vocaux – 1er février 2018

Keynote : Rand Hindi (Snips) / Table ronde avec : Hélène Maestripieri (Google), Pippa Rimmer (Radio France), Simon Regan (DMG media), Emmanuel Alix (LEquipe) et animée par Joel Ronez (Binge Audio).

« Notre perception de la technologie sera tellement intégrée quon ny prêtera plus attention, personne ne se souciera de lexistence de ces technologies. » Rand Hindi

Lintelligence artificielle est le fait de reproduire un comportement humain dans une machine. Pour créer cette intelligence artificielle, différentes techniques sont utilisées dont le machine learning

Questce que le machine learning ? Plutôt que de programmer la machine pour quelle effectue un comportement, on va lui donner des exemples de comportement à reproduire et on va la laisser apprendre à les reproduire

Il existe deux types dintelligence artificielle : lAl faible et lAl forte

Aujourdhui, 100% de lintelligence artificielle est dite faible, ou verticale. Ceci sexplique par le fait que lintelligence humaine ne serait pas reproductible dans une machine. Les machines nont pas la conscience de ce quelles font. Cela les empêche de prendre de la perspective par rapport à leurs actions

Pour démontrer ce point Rand Hindi expose le piège à voiture autonome. La voiture voit une ligne en pointillée et donc passe, une fois dans le cercle elle fait face à une ligne blanche, et reste coincée, car na pas lautorisation de la couper. Lhumain peut prendre de la perspective et en fonction du contexte peut décider de franchir la ligne. Lintelligence artificielle nest pas capable de faire ce jugement et ce changement de perspective

Selon Rand Hindi, lintelligence artificielle, qui serait de niveau humaine, est de la sciencefiction et nexistera pas

Afin de comprendre les requêtes des utilisateurs, les machines doivent créer du contexte, une image aussi fiable que possible de la vie dun individu en ayant accès à toutes ses informations

Créer cette notion de contexte dans une machine est très compliqué et les assistants ont besoin dénormément de data pour pouvoir donner des réponses adéquates

Aujourd‘hui il ny a pas que les assistants généralistes comme Google Home ou Alexa. On observe plutôt une spécialisation des assistants vocaux pour certains types de produit : machine à café, télé, voiture

Il existe également un réel sujet sur la protection de la vie privée

Avec le RGPD, dès quune entreprise propose ses services à un résident de lUE, il doit être compliant. Mais comment gérer le consentement sur les enceintes vocales ? Des vraies questions se posent autour de la vie privée sur les assistants vocaux. Une des solutions pourrait être de ne pas envoyer la donnée dans le cloud. Des outils permettent de traiter la requête directement dans lobjet, sans que la donnée ne soit envoyée à lextérieur

Sur le machine learning nous vous conseillons le documentaire AlphaGo, de Greg Kohs.

 

Rand Hindi Fonder & CEO snips 

 

Présentation dHélène Maestripieri, Alexander Bregman et Lionel Mora, Google 

 

Le mobile a chanle monde en moins de 10 ans. Le lancement de la plateforme Appstore a marqué le début la révolution du mobile. Le téléphone passe alors dune simple machine à une plateforme qui permet de connecter les services et les marques. Ladoption des enceintes vocales intelligentes est encore plus rapide que ladoption des smartphones

Sur Google, 70% des recherches se font en langage naturel : « quel temps faitil aujourdhui ?». Il sagit dune tendance de fond. Lassistant est aujourdhui disponible sur une multitude de machines et sous différentes formes : voix, texte ou image. Il est aujourdhui possible de montrer quelque chose à son Google Assistant. Lutilisateur na plus à sadapter à la machine mais c‘est à lassistant de sadapter

Aujourd‘hui en France il existe deux options pour intégrer du contenu sur lassistant Google : le Narrative News, et les applications conversationnelles (Assistant Apps)

 

I/ Le Narrative news 

 

Le Narrative news correspond au flash info à la demande. Il couvre trois types de requêtes : générales, liées à une catégorie ou liées à une source en particulier (Le Figaro, LEquipe ...

Le narrative news est composé de podcasts diffusés via un flux RSS

Pour toute demande de lutilisateur sur les dernières nouvelles/actualités, Google Assistant peut donner comme réponse

Un flux RSS par défaut pour chaque catégorie (généraliste, divertissement, économie...) Un flux RSS de différentes sources/éditeurs présélectionnés par lutilisateur pour répondre à la requête « généraliste » du type « je veux écouter les dernières nouvelles« 

Sur le classement par défaut, plusieurs critères vont être pris en compte

La qualité des flux RSS, Des flux régulièrement mis à jour (exemple : France Info rafraichit plusieurs fois par jour)

Des podcasts assez courts, Un jingle de léditeur en introduction est aussi un critère de qualité

Lutilisateur peut personnaliser son flux dactualité avec lapplication Google Home

 

2/ LAssistant Apps 

 

« OK Google, je veux parler avec LEquipe... » 

Permet de mettre en relation lutilisateur avec la marque

Laction conversationnelle nécessite le développement dune application Google Assistant

Lutilisateur doit invoquer lapplication par la voix pour avoir accès au service

Différents outils existent pour créer une application assistant (Dialogflow: permet de créer larborescence du chatbot, Witlingo, spoken layer, notify.io...). Lapplication relève de lenvironnement propre de léditeur (le ton, les contenus ...). Léditeur fait ses propres choix, Google Assistant ne permet que laccès à lapplication

Pour lancer une application sur Google Assistant, il faut surtout travailler sur

La production de contenus interactifs, divertissants, engageants pour Google Assistant

Des usecases pour créer une véritable expérience pour les utilisateurs, et fléchir à la personnalité souhaitée pour lapplication

Concernant la monétisation : A date, sur lAssistant Apps, elle nest pas possible

Sur Narrative News, léditeur a la possibilité dintégrer des sponsoring ads ou native ads au sein du flux Narrative News, sil le désire

 

Présentation de Pippa Rimmer, Radio France 

 

Grâce aux assistants vocaux, la radio prend sa revanche. En effet, parmi les utilisateurs denceintes connectées aux EtatsUnis, 65% déclarent écouter plus de musique et 20% déclarent écouter plus de podcast (NPR/Edison)

Radio France expérimente aujourdhui deux modes de diffusion

Le flash briefing sur Google Home

Radio France diffuse via le « narrative news » de lAssistant Google 26 contenus différents des chaînes franceinfo, France Inter, France Culture et France Bleu

Les critères pour les flash briefings sont nécessairement des contenus

liés à lactualité

en format court (en dessous de 5min). rafraichis régulièrement (au moins une fois par jour)

A titre dexemple, le flash info de franceinfo est rafraichi quatre fois par heure. En conséquence, ce flash est proposé par défaut quand lutilisateur demande OK Google, quelles sont les actualités ? » 

 

Le skill Alexa

 

Selon Pippa Rimmer, construire un « skill >> consiste à transformer une interface graphique en interface vocale. En accédant à un skill, il est déconseillé de proposer plus de 4 options à lutilisateur. Il est donc nécessaire, pour léditeur, de hiérarchiser ses fonctionnalités et ainsi de privilégier seulement les actions et les accès les plus pertinents

Pour la chaine musicale Fip, Radio France a créé un skill permettant davoir accès à la radio Fip ainsi que ses sept webradios thématiques. Ces 8 radios sont proposées dans une liste en 2 parties. Pour favoriser une écoute rapide, quand lutilisateur accède une seconde fois au skill, on lui demande dabord sil souhaite reprendre l’écoute de sa dernière radio écoutée

Radio France prévoit denrichir toujours plus cette expérience en permettant, par exemple, de demander le nom du morceau en cours ou de rajouter une chanson en favori.

 

Présentation de Simon ReganEdwards, Daily Mail 

 

A larrivée dAlexa, le Daily Mail a se poser la question de la nécessité de lintégration, pour un éditeur print, de services sur lenceinte connectée dAmazon

Le daily Mail Plus est la formule payante du Daily Mail en format digital

En quelques chiffres

40k+ dabonnées pour un coût mensuel de f10.99 (12,30 euros). Une large partie des audiences du Daily Mail Plus a plus de 65 ans

Après avoir réussi la transition sur le digital, la suite logique pour le Daily Mail était de passer du texte à laudio

Pourquoi Amazon

Lopportunité pour le Daily Mail dêtre présent dès le lancement de lenceinte au Royaume-Uni

Lintégration dun SSO permettant de faire le lien avec le compte Daily Mail Plus des abonnées pour avoir accès aux contenus premium

Daily Mail intègre plusieurs options sur Alexa

Un Flash briefing. Le conversation action. Un SSO liée au compte Daily Mail Plus donnant accès à tous les contenus disponible sur le Daily Mail (avec 14 jours dessai gratuit)

Le Daily Mail est le premier éditeur à publier tous ces contenus en version audio. Sur Alexa, léditeur a fait part dun bon taux de transformation en formule payante après la période dessai

Cependant, une question se pose toujours pour le Daily Mail : comment monétiser en dehors des souscriptions

Présentation dEmmanuel Alix, LEquipe 

LEquipe avait déjà investi sur laudio. Les émissions TV sur la chaines lEquipe avaient été mises à disposition sous forme de podcasts

LEquipe a par la suite lancé une série de podcast autour de thématiques comme le rugby ou, plus récemment, le golf

Laudio dispose de plusieurs avantages : il demande moins de moyens techniques (et financiers) que laudiovisuel, et est un format plus apprécié pour partager des histoires

Sur les assistants vocaux, LEquipe est déjà présent depuis août sur le Google Home

Sur les narrative news : lEquipe propose des flashs audio, produits en fin de journée

Sur lassistant apps : lEquipe propose des flashs et des quiz

Selon Emmanuel Alix, le Google Home est un accélérateur de production de contenu audio

LEquipe va également se lancer prochainement sur Alexa



X