Comment transformer son trafic automatisé (scraping bots) en nouvelles lignes de revenu ? – 14 décembre 2016

Le 7 décembre dernier, le GESTE a organisé, en partenariat avec DataDome, une réunion dédiée à la possibilité désormais offerte aux éditeurs de monétiser le trafic automatisé sur leurs sites (crawlers).

Les différents participants (éditeurs membres du GESTE, CFC, ACPM) ont ainsi pu échanger avec Fabien Grenier, cofondateur et CEO de DataDome, et ses équipes afin de mieux comprendre limpact des bots et les nouvelles opportunités de monetisation liées à ce trafic. Côté éditeurs, Les Echos, déjà très engagés dans cette réflexion, sont revenus sur leur expérience suite aux tests menés avec DataDome. Dès le mois de janvier, Les Echos et Le Parisien vont bloquer les bots des sociétés de la Big Data et tester la place de marché proposée par DataDome. Côté entreprises de la Big Data, ce sont Wiztopic et Sindup qui sont venus partager leur avis sur cette nouvelle technologie

Aujourdhui, les robots représentent 50% du trafic mondial et environ 15% de ces robots seraient monétisables, ce qui constitue de nouvelles opportunités de monétisation non négligeables pour les éditeurs et un nouveau marché quil reste à organiser sur le digital.

Outre le contenu éditorial, de nombreux éléments de la page intéressent les entreprises de la Big Data et présentent une valeur certaine pour elles : titres, date de publication, nom des journalistes, commentaires, nombre de partages, ... Ces derniers représenteraient encore plus de valeur sils étaient agrégés au sein dune même base de données. Dans cet objectif de monétisation, DataDome propose une technologie capable de scanner tous les hits entrants en temps réel.



X