Réforme des critères SPEL

La ministre de la Culture, Roselyne BACHELOT-NARQUIN, a confié à Mme Laurence FRANCESCHINI, Conseillère d’Etat, présidente de la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP), une mission de réflexion sur les conditions d’accès aux aides à la presse, et notamment celles relatives à la composition des rédactions. 

Si les titres de presse doivent aujourd’hui présenter un « apport éditorial significatif », l’accès au régime économique de la presse, via l’inscription sur les registres de la CPPAP, n’est assorti, à ce jour, d’aucune condition quant à la présence de journalistes au sein des rédactions. 

Seuls les services de presse en ligne d’information politique et générale doivent comporter a minima d’un journaliste professionnel au sens de l’article L.7111-3 du code du travail au sein de l’équipe rédactionnelle. 


La lutte contre la manipulation de l’information est un enjeu majeur pour nos sociétés démocratiques, c’est pourquoi il nous semble que le renforcement des exigences déontologiques ainsi que la nécéssaire séparation entre l’information et la publicité plaident pour un renforcement de l’exigence journalistique. Néanmoins, le GESTE ne souhaite pas que soit imposé un pourcentage de journalistes professionnels sur le total des effectifs de la publication.


Les conclusions sont attendues pour mars.



X